Touche pas à mon jardin !

Posté par le 04 juin 2007 | Dans : Non classé

Touche pas à mon jardin ! 

Les jardins du Méchouar amputés : Une atteinte au patrimoine environnemental et culturel d’Essaouira et une violation des dispositions de la Convention Mondiale du Patrimoine de l’UNESCO ! 

C’est au mépris de la Convention Mondiale du Patrimoine de l’UNESCO ratifiée par le Maroc en 1975, que ceux qui président aux destinées la ville d’Essaouira ont pris l’ahurissante et innommable initiative de raser un pan entier des jardins du Méchouar, (celui situé à proximité de Bab El Menzeh); jardins plus que centenaires et qui constituent les seuls espaces verts intra muros de la Médina d’Essaouira, pourtant inscrite par l’UNESCO sur la liste du Patrimoine Culturel Mondial ! (voir photos ci-après).

Cet acte, que l’on peut aisément qualifier de crime culturel, a suscité colère et consternation non seulement chez tous les habitants et les amoureux de la ville, mais également chez tous les étrangers qui y ont élu domicile.   

Quelle mouche a piqué ceux qui ont pris cette décision indigne et indécente, qui va à l’encontre des règles minimales de la gestion urbaine moderne qui préconisent au contraire, la multiplication et le développement des espaces verts pour une meilleure qualité de vie au profit des citoyens.    

Comment a-t-on pu en arriver là, dans un ville classée « patrimoine mondial » par l’UNESCO , et qui a le devoir et l’impératif de respecter cette distinction universelle en protégeant les valeurs et biens pour lesquels elle a été inscrite sur cette liste . La ville est également tenue aux termes de la Convention Mondiale du Patrimoine à présenter à l’UNESCO « des rapports sur l’état de conservation de ces biens ». 

Comment cela a-t-il pu se faire dans une ville qui a été choisie, il y a quelques années, comme cité pilote (parmi trois en Afrique), du programme  »Agenda 21″ des Nations Unies, dont l’un des objectifs est d’aider à une meilleure qualité de vie dans les espaces urbains, et ce à travers notamment la multiplication des espaces verts, et un plus grand recours à la démarche participative pour une meilleure gouvernance. 

Comment enfin cela a-t-il pu avoir lieu, dans une ville qui, à la fin des années 90, a donné l’exemple et montré la voie au reste du Maroc, lorsqu’une association locale   organisa, par voie de souscriptions volontaires, une opération de plantation massive d’Araucarias dans toute la ville (« Un arbre pour ma ville »), y compris dans ces jardins aujourd’hui mutilés… 

Comment, en autorisant cet acte insensé, peut-on à la fois faire fi des instruments internationaux ratifiés par notre pays et faire preuve d’une ignorance aussi flagrante de l’histoire de la ville ?         

Devant cette situation honteuse et inacceptable, Il est du devoir de tout un chacun de protester et de s’interroger sur le rôle du Conseil municipal dans cette décision ? Où étaient Madame « le Maire » et ses honorables élus quand celle-ci a été exécutée, dans l’indignation générale ? 

De quelle « utilité publique », peut encore se prévaloir l’Association Essaouira-Mogador, dont l’un des objectifs statutaires, est d’assurer la  »sauvegarde et le développement d’Essaouira » ?  Bel exemple de sauvegarde que de laisser raser un poumon vert de la ville pour le remplacer par de sinistres pavés, et venir par la suite, y organiser le « Printemps des Alizés », festival élitiste et à l’audience confidentielle, que les Souiris suivent de très loin, tout occupés qu’ils sont, pour la majorité d’entre eux, à assurer laborieusement leur quotidien…  

Autant d’interrogations et de questions que tout le monde se pose à Essaouira, avec tristesse, colère et indignation. 

Il y a lieu de rappeler ici, pour l’anecdote, qu’une décision similaire avait malheureusement déjà été prise et exécutée au début des années 80 par les autorités provinciales de l’époque, concernant une autre partie de ces mêmes jardins, celle jouxtant l’Hôtel de Police, qui avait été rasée et entièrement goudronnée, pour en faire… un parking de voitures ! 

Pour une médina dont on fait le tour à pied, en une demi heure, et où la circulation automobile à l’époque, était quasi nulle, il fallait le faire… Et ils l’ont fait ! L’imagination était déjà au pouvoir…  

Fort heureusement, il se trouva un responsable provincial, qui eut non seulement l’intelligence et la disponibilité d’écouter les doléances des citoyens, mais surtout l’humilité et le courage de réparer cet acte insensé, en restaurant les espaces verts meurtris.    

Puisse ce rappel servir d’exemple à ceux qui ont commis cet acte d’amputation du patrimoine souiri, et les inciter à faire preuve d’autant d’humilité et d’intelligence, pour le réparer le plus vite possible, afin de tourner cette triste page de l’histoire de notre cité, et redonner aux jardins du Mechouar – site d’une valeur esthétique exceptionnelle – leur lustre d’antan … 

Puissent également ces lignes, être prises pour ce qu’elles sont réellement : un cri du cœur pour le respect des murs et des valeurs culturelles qui sont à la base de l’âme et de la dimension universelle d’Essaouira ; et un modeste plaidoyer pour que la raison et l’entendement l’emportent sur l’inconscience, l’irresponsabilité et le mépris de la beauté et des richesses de la nature.   

Les jardins du Méchouar « Avant » (photo des années 1930)

saoui4.jpeg

Les jardins du Méchouar « Avant » (photo des années 70)

saouira1.jpeg

Les jardins du Méchouar « Après » (aujourd’hui)

im16

im2

Envoyez vos commentaires sur le Blog
(allez à « commentaires » à la fin du blog, et réagissez ! ) 

Pour signer la pétition, cliquez sur  »Signataires » et entrez à la place des commentaires, vos nom, prénom et qualité, et téléphone ou e.mail ou n° CIN

Il faut agir vite pour qu’on nous rende nos jardins et nos arbres !

Signez et faites signer la pétition ci-après, qui sera envoyée au Conseil Municipal, aux autorités provinciales, aux départements ministériels concernés (Culture, Environnement, Intérieur…) ainsi qu’aux institutions nationales ( Fondation Mohammed VI pour l’Environnement, ICOMOS Maroc ) et internationales intéressées (UNESCO, ICOMOS).   

A la date du  31 Décembre 2007, notre pétition a recueilli  quelques 1300 signatures 
et a été remise à plusieurs instances  et / ou institutions locales, gouvernementales et internationales. 
Le détail de toutes les démarches effectuées sera bientôt communiqué sur ce blog.

 

Commentaires 1

Posté par le 04 juin 2007 | Dans : Non classé

   

Commentaires 2

Posté par le 21 mai 2007 | Dans : Non classé

 Vous pouvez également consulter :  http://tassourt.blogspot.com  

Permaculture JAH LOVE |
Métro, boulot, dodo ... |
L'agent DA ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEJAIA INFOS EN TEMPS REEL
| Madonna World
| découvrons l'univers